Idée reçue #5 : Magento est cher
E-commerce

Idée reçue #5 : Magento est cher

Par Pascal le 30 octobre 2022

 Lecture 11 minutes

Idée reçue #5 : Magento est cher
La mise en place d’une plateforme e-commerce ou le replatforming d’une solution existante est un projet majeur dans une entreprise. C’est souvent le projet de l’année qui va mobiliser budget et ressources. Dans ce contexte, on dit souvent que certaines plateformes sont plus coûteuses que d’autres à mettre en place. Mais qu’en est-il réellement ? Adobe Commerce (ex Magento 2) est-elle une solution chère ? Comment mesurer le juste prix d’une plateforme et d’un projet e-commerce ? Rien de plus compliqué que de répondre à cette question…

La solution Adobe Commerce  (ex Magento 2) est-elle particulièrement chère ?

Certes, Magento fait partie des solutions qui adressent des projets de taille moyenne à très grande. Généralement, ce sont des projets qui nécessitent un budget assez important. Et qui imposent un coût de licences de plusieurs milliers, voire dizaines ou centaines de milliers d’euros par an ! Mais cela en fait-il pour autant une plateforme particulièrement chère ?

Chaque projet e-commerce présente des caractéristiques spécifiques, et s’adresse à un marché et une cible en particulier. Ce faisant, il est bien compliqué de juger du prix global d’un projet. Qu’il soit réalisé avec Adobe Commerce ou toute autre technologie...

Pour répondre à la question initiale, il faut se poser les bonnes questions et mesurer :

  • Les composantes du budget d’un projet e-commerce
  • L’équilibre build et run, deux composantes des coûts de l’activité e-commerce
  • L'intérêt du cloud pour les solutions comme Adobe Commerce
  • La valeur attendue d’une plateforme Adobe Commerce

Les composantes d’un budget e-commerce

La mise en place d’un projet e-commerce nécessite un budget de mise en œuvre, dit de build. C’est le budget nécessaire à la mise en place du projet dans son périmètre initial. Ce budget se compose de coûts récurrents comme les achats de licences et l’hébergement. Il se compose également de coûts uniques, comme le coût de développement initial de la plateforme, les coûts de conception UX/UI, ou les coûts de paramétrage.

Lorsque l’entreprise paye des licences, elle accède à certaines fonctionnalités « premium » de la solution. Mais aussi à un support technique et fonctionnel, et à la mise à disposition de correctif pendant toute la durée de souscription.

Lorsque la solution dispose d’un mode SaaS ou PaaS, le coût de licence inclut également le cloud éditeur. C’est-à-dire la plateforme d’hébergement cloud (en général AWS, Azure, ou Google Cloud) et l’ensemble des environnements nécessaire pour développer, tester et exploiter la plateforme e-commerce (dev, test et prod).

Le juste équilibre budgétaire se situe d’abord dans la répartition de ces coûts. Un projet e-commerce construit sur une solution sans licence, voire même sans base fonctionnelle (projet “from scratch”), donc sans support technique, avec une base fonctionnelle e-commerce limitée, engendre des coûts de développement très importants pour couvrir un besoin fonctionnel. Ce n’est donc pas la bonne solution. À l’inverse, le choix d’une plateforme extrêmement riche fonctionnellement mais pour laquelle le marchand n’a pas le budget suffisant pour la mise en œuvre, la personnalisation et donc une exploitation efficace, semble aussi peu judicieux.

En définitive, il existe un juste équilibre entre les coûts de licences et d’hébergement et les coûts de mise en œuvre d’une plateforme e-commerce. Par expérience, une répartition logique de votre budget build global serait de consacrer un tiers de ce budget aux licences/hosting et deux tiers à la conception de la plateforme.

La composante build ne peut être le poste de dépense principal d’un projet e-commerce. C’est un tout, qui doit être équilibré !

Le build cache le run !

Le budget build en lui-même ne doit pas faire oublier l’essentiel des coûts d’un projet e-commerce : le run. C’est-à-dire l’ensemble des investissements nécessaires pour assurer la bonne marche de l’activité. Les coûts de run se composent de :

  • Coût de tierce maintenance applicative : coûts que vous paierez à votre intégrateur pour maintenir et faire évoluer la solution
  • Coût d’exploitation divers : coûts des solutions tierces, outils de webmarketing, de promotions... Souvent indexés sur le volume d’activité.
  • Coûts d’exploitation interne : ensemble des ressources à mobiliser pour exploiter l’outil. Combien de personnes sont nécessaires pour gérer le catalogue et les offres produits, traiter les commandes, les relations avec les visiteurs et clients ?
  • Coût de gestion de campagnes : coûts de SEO/SEA assurant le trafic et le business.

Des coûts d’exploitation faramineux dus à des coûts de mise en œuvre négligés.

Bien souvent, des coûts de build minorés cachent des coûts de run prohibitifs. Prenons l’exemple des sites e-commerce pour des entreprises BtoB qui se sont appuyés sur des plateformes BtoC pour motoriser leur projet.

Par la volonté de recourir à des solutions moins onéreuses en termes de licences, l’entreprise « détourne » une plateforme BtoC pour tenter de lui faire supporter une activité BtoB. Malheureusement, par manque des fonctionnalités de base BtoB, ces plateformes ne proposent pas d’offres tarifaires ni d’informations de stock essentielles aux clients BtoB. Ces derniers vont donc se détourner du canal e-commerce (perte de business, voire perte d’influence à terme sur un marché qui se digitalise) ou compléter leur parcours par une sollicitation accrue des forces commerciales de l’entreprise (appeler le commercial pour avoir l’information tarifaire / de stock). Le tout engendrant à minima de la frustration client et, au pire, de la perte d’efficacité et de la perte de business.

La plupart du temps, les rustines mises en œuvre pour piloter l’activité BtoB avec une brique applicative non adaptée, ne tiennent pas dans le temps. La croissance de l’activité globale mène à une impasse et le replatforming devient alors indispensable. Un projet lourd à supporter, avec un gap organisationnel important à franchir.

Dans ces configuration l’économie en build réalisée par le marchands est payée rubis sur l’ongle tous les ans pendant toute la vie de la plateforme. Sans compter les coûts annexes incalculables comme les compétences qui quitteront l’entreprise par épuisement sur une solution inadaptée au quotidien…

Adobe Commerce, comme nous le verrons ensuite, apporte de l’efficacité dans le run des projets qu’elle motorise. C’est une solution à large spectre, évolutive, et donc assurément un bon choix de plateforme dans un contexte de coût global build + run.

Adobe Commerce et l’ère du cloud.

Si l’on considère que l’hébergement professionnel d’une plateforme e-commerce coûte au moins 20 K€/an (minimum 3 environnements dev/test/prod cloisonnés et répliqués avec mise à disposition de tout l’outillage indispensable type New Relic), l’accès à la plateforme Adobe Commerce (le coût de licence pur) est quant à lui très marginal dans le budget global d'un projet.

À noter que le coût de licence Annuel Adobe Commerce sera indexé sur le chiffre d'affaires réalisé par la plateforme ajusté de certains paramètres comme le montant du panier moyen par exemple ou l’accès aux fonctionnalités de Business Intelligence de la solution.

L’indexation sur le chiffre d'affaires est un paramètre intéressant car il est juste et supportable quelle que soit la taille du marchand. Plus la plateforme réalise de trafic, donc consomme de la ressource matérielle, plus elle est susceptible de générer du chiffre d’affaires.

En 2022, on constate que le coût moyen de licence Adobe Commerce pour un marchand réalisant entre 15 et 25 millions de CA représente généralement entre 1 et 0,6%. Soit moins que la commission perçue par de nombreuses banques sur chaque transaction. Cela inclut la licence, l'hébergement cloud, le support éditeur. Dans ce contexte Adobe Commerce est une solution financièrement intéressante...

Quelle valeur apporte Adobe Commerce aux marchands ?

Ne serait-ce pas la véritable question qui se pose derrière le « juste prix » ? Pour déterminer si une plateforme est chère ou économique, il serait juste de mesurer la valeur ajoutée qu'elle apporte aux marchands.

Comme tout éditeur, Adobe dispose d’équipe de customers success qui interrogent les clients à l’issue de leur projet. Qu’est ce qui les a satisfaits, quels ont été les échecs rencontrés ? Cet exercice réalisé par l’éditeur est une opportunité pour le client de raconter ce qui s’est mal passé dans son projet, et les erreurs à ne plus commettre ! C’est enrichissant, significatif et instructif  car c’est le marchand lui-même qui déclare la performance ou contre-performance dans son projet.

Près de 160 marchands ont été interrogés entre 2020 et fin 2021. Ils témoignent de leurs résultats suite à une migration ou un replatforming sur Adobe Commerce. Ces témoignages impliquent des marchands qui possédaient initialement des solutions dites low-end (Woocommerce, Shopify etc..). Mais aussi des marchands utilisant Magento 1, Magento 2, ou des utilisateurs de plateformes high-end (Sap, Salesforce etc…). Voici les avantages qu'ils identifient suite à leur replatforming sur Adobe Commerce :

  • Meilleure expérience utilisateurs : baisse moyenne de 35% des temps de chargement, baisse de 24% des taux de rebond, baisse de 38% des abandons de paniers.
  • Meilleur engagement client : augmentation de 50% des temps de sessions, 65% du trafic global, 72% des pages vues.

 

 

  • Croissance de leur activité : les marchands ayant partagé leurs chiffres annoncent une augmentation des ventes post-replatforming de 123% en moyenne. Et 126% pour le nombre de transactions.

 

Les chiffres business sont importants. Mais pour mesurer le coût d’une plateforme, il est indispensable de mesurer l’effort que les équipes du marchand doivent produire pour piloter l’activité. Là aussi, les marchands interrogés apportent des précisions intéressantes. Ils avancent 50% de réduction des coûts liés aux process de vente. Et 67% de temps gagné dans la gestion des commandes.

 

On mesure ici que le juste prix d’un projet ne se résume pas à un coût de licence ou de mise en œuvre. Il est indispensable pour le marchand de mesurer les gains qu’il est en droit d’attendre de son investissement.

En conclusion : Adobe Commerce, la bonne solution pour les projets ambitieux !

Ce qui ressort clairement de ce type d’analyse c’est qu’Adobe Commerce a de fortes capacités.  La solution devient rentable pour des projets e-commerce qui ambitionnent d’améliorer significativement leurs process. Il s'agit d’améliorer l’expérience des utilisateurs exploitant la plateforme pour leur faire gagner du temps et leur permettre de se mobiliser sur de nouveaux sujets.

La solution est également intéressante pour les marchands qui souhaitent améliorer l’expérience client. Non seulement autour de la performance technique mais aussi de l’UX générale du site.

Enfin, Adobe Commerce s’intéresse aux sites à fort enjeux business. Sur ces types de projets / profils de marchands, Adobe s’avère être une solution économique et performante.

Si vous vous intéressez à Adobe Commerce il est probable que vous soyez un marchand aguerri. Vous en êtes peut-être à votre deuxième ou troisième plateforme e-commerce. Et vous êtes en quête de performance pour prendre des parts de marchés supplémentaires sur votre secteur.

 

Cette performance n'est pas simple à atteindre car votre activité est déjà optimisée d’année en année. Malgré tout, des freins se sont fait sentir avec le temps. Vous avez une idée précise des axes de performance de votre projet. Et une idée précise du budget pour mettre en œuvre cette nouvelle solution. Vous attendez des gains aussi bien financiers qu’opérationnels, pour répondre aux besoins de vos clients et utilisateurs. Enfin, vous avez conscience des différentes enveloppes budgétaires et que votre budget de build n’est qu’une petite partie des investissements que vous faites au quotidien dans l’exploitation de votre plateforme.

 

Pour cela le choix de celle-ci va se faire sur la performance et les perspectives d’évolution. Et pour cela, Adobe Commerce est sûrement l’une des plateformes les mieux armées du marché.

 

Je prends contact

 

LinkedIn Email
Découvrez également...