methodes-classiques-agiles-header
Expertises

Classique ou agile ? À la découverte des méthodologies de pilotage de projet informatique

Par Synolia le 21 novembre 2023

 Lecture 13 minutes

Vous devez choisir entre deux méthodologies, classique ou agile, pour piloter votre projet informatique mais… vous êtes perdu ! Vous entendez tout et son contraire et vous ne savez plus qui croire entre les “traditionalistes” et les “agilistes”. Enfin, vous avez peur de vous tromper en choisissant une méthodologie plutôt qu’une autre… Ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas seul et il existe des solutions pour remédier à cela !

Avant de démarrer notre découverte de ces deux méthodologies, précisons que l'objectif de cet article n'est pas de comparer exhaustivement les différentes méthodologies. Ni de dresser une liste détaillée des spécificités, avantages et contraintes des deux grandes familles méthodologiques : les méthodologies classiques (Waterfall, Cycle en V, Cycle en Spirale, PERT, etc.) et les méthodologies agiles (Scrum, Kanban, Extreme Programming, Rapid Application Development, SAFe, etc.). Il existe déjà de nombreux articles riches en informations qui traitent de ces sujets. L'objectif ici est plutôt de vous donner les clés de lecture pour comprendre le contexte de votre projet. C'est ce contexte, et lui seul, qui devrait vous orienter vers une méthode plutôt qu'une autre.

Classique ou agile : une question de choix ?

Choisir c’est renoncer, et renoncer n'est jamais facile. Cependant, rassurez vous, à la fin de cet article, vous serez en mesure de vous tourner sereinement vers la méthode projet qui correspond le mieux à votre contexte. Comme nous le verrons, il n'y a ni bonne ni mauvaise méthode pour mener à bien un projet.

En d'autres termes, on peut réussir ou échouer aussi bien avec les méthodologies classiques que les méthodologies agiles. Et c’est plutôt rassurant car cela signifie que la méthode projet n’est qu’un paramètre de l’équation qui mène au succès.

Le choix ne se fait donc pas entre une seule et unique bonne méthode et de mauvaises méthodes conduisant invariablement à l'échec. Il s'agit plutôt de sélectionner la méthode la mieux adaptée à vos capacités, à vos ressources et à votre contexte. Choisissez celle qui vous apporte le plus de facilité et de garanties de réussite parmi toutes les méthodes disponibles.

Quelle que soit la méthode choisie, la réussite reste toujours à votre portée. Mais avec plus ou moins de facilité ou de difficulté !

Élément clé numéro 1 : la réussite d’un projet informatique ne dépend pas seulement de la méthode retenue pour piloter le projet. Mais celle-ci peut être déterminante dans le succès si elle est bien choisie !

Envisager les bonnes options et proscrire les chemins hasardeux !

Il est crucial pour vous, lorsque vous vous lancez dans votre projet informatique, de comprendre ce qui vous attend, les choix possibles, les options à éviter et comment vous préparer pour assurer votre succès sans compromettre votre situation.

La première étape consistera à écarter les méthodes que les équipes ne sont pas en mesure d'appliquer. En effet, même si une méthodologie semble initialement plus adaptée à votre projet ou à votre contexte, il ne faut en aucun cas vous engager dans cette voie si les parties prenantes ne peuvent pas la mettre en pratique pour diverses raisons (culture, moyens, profils, compétences, disponibilité…).

Classique ou agile : une question de culture ?

L'évaluation de la culture organisationnelle de l’entreprise est essentielle pour déterminer la méthode qui convient le mieux à votre projet informatique. Mais comment faire ?

 

1. Analysez les valeurs et les principes : identifiez les valeurs fondamentales de l'organisation ainsi que les principes qui guident son fonctionnement.

  • L'organisation valorise-t-elle l'innovation, la flexibilité, la collaboration et l'adaptabilité ?
  • L'organisation privilégie-t-elle plutôt la conformité, la planification prédictible et le contrôle strict ?

Une organisation qui privilégie les référentiels précis, le respect de plans, le contrôle des coûts et la conformité offre un contexte souvent plus propice à l'utilisation des méthodologies classiques.

2. Étudiez les structures de communication et de prise de décision : observez comment la communication et la prise de décision sont gérées au sein de l'organisation.

  • Est-ce que les échanges sont ouverts et transparents ?
  • Les décisions sont-elles prises de manière collaborative ou hiérarchique ?

Une culture qui encourage la communication ouverte et la prise de décision participative peut être plus favorable à l'adoption de méthodologies agiles.

 

3. Évaluez le degré de flexibilité et d'adaptabilité : examinez la capacité de l'organisation à s'adapter aux changements.

  • Est-ce que les processus et les structures sont rigides ou flexibles ?
  • Est-ce que l'organisation est ouverte aux nouvelles idées et aux ajustements en cours de projet ?

Une organisation qui favorise la flexibilité et l'adaptabilité offre un contexte souvent plus propice à l'utilisation de méthodologies agiles.

 

4. Étudiez la composition de l'équipe et les compétences disponibles.

Analysez les compétences et les profils des membres de l'équipe impliquée dans le projet. Les équipes agiles exigent souvent une diversité de compétences et une capacité à travailler de manière autonome. Si l'équipe est déjà habituée à la collaboration, à l'auto-organisation et à la prise de décision décentralisée, cela peut être un signe positif pour l'adoption de méthodes agiles.

 

5. Évaluez l'expérience passée en matière de gestion de projet.

Prenez en compte l'historique de l'organisation en matière de gestion de projet.

  • Quelles méthodes avez-vous utilisé dans le passé ?
  • Quelles ont été les réussites et les difficultés rencontrées ?

Cette étape doit vous permettre d’éliminer, potentiellement, les méthodes qui ne conviendraient pas dans le contexte de l'organisation.

 

Une fois ce travail effectué, vous pourrez faire correspondre les caractéristiques et les attendus de votre projet et de vos équipes avec les avantages et les contraintes des différentes méthodes qui restent en compétition. Cela vous permettra de choisir la méthode de pilotage la plus appropriée et qui s’adapte le mieux à la culture de votre organisation.

Notons que la culture organisationnelle de votre entreprise peut évoluer avec le temps. Si votre organisation présente actuellement une culture plus traditionnelle, mais souhaite adopter des méthodes agiles, il faudra probablement mettre en place des actions de sensibilisation, de formation et de gestion du changement pour faciliter la transition vers une nouvelle approche du pilotage de projet.

Élément clé numéro 2 : la culture propre à l’organisation, son expérience, son degré de flexibilité et d'adaptabilité, ses capacités et ses habitudes en matière de prise de décision et de pilotage projet permettent de valider si les approches agiles et classiques sont possibles et dans certains cas d’éliminer une des deux approches.  

Une question de contexte ?

Le contexte dans lequel le projet est défini (spécifications) et exécuté (implémentation) revêt une importance tout aussi cruciale que la culture et les connaissances méthodologiques des parties prenantes. En effet, même si l'équipe chargée du projet maîtrise à la fois les approches agiles et classiques, le contexte permettra de mieux cerner les possibilités.

Le choix de la méthode la plus appropriée dépendra de divers facteurs, notamment :

  1. De la nature du projet. Si les spécifications sont susceptibles de changer fréquemment ou d'évoluer pendant l'implémentation, les méthodes agiles peuvent être plus adaptées. En revanche, si les spécifications sont clairement définies dès le départ, les méthodes classiques peuvent être plus appropriées.
  2. De la complexité du projet. Les projets complexes impliquant de nombreuses parties prenantes et interactions peuvent bénéficier des méthodes agiles, qui encouragent la collaboration continue et l'adaptabilité.
  3. Des compétences et de la disponibilité de l'équipe à des moments particuliers ou tout au long de la phase d'implémentation. Les méthodes agiles requièrent une équipe multidisciplinaire et auto-organisée, capable de travailler de manière collaborative tout au long du projet. Les méthodes classiques peuvent nécessiter des compétences spécifiques à différentes phases du projet.

En considérant ces différents facteurs, vous devriez être en capacité de vous rapprocher un peu plus de la bonne méthode.

Élément clé numéro 3 : le choix de la méthode la plus appropriée pour un projet dépend beaucoup de la nature des spécifications, de la complexité du projet, des compétences et de la disponibilité de l'équipe.

Une question d'engagements contractuels ?

Le choix peut également être conditionné par les engagements contractuels que vous souhaitez obtenir. On peut résumer ces engagements selon trois types :

  1. L'engagement de résultats, généralement associé aux projets au forfait. Ce type d'engagement est possible lorsque votre besoin est clairement défini, que les spécifications sont précises et limitées, et que le projet ne laisse que peu de place aux évolutions en cours de réalisation. Dans ce cas, les méthodes classiques, telle que le cycle en V, sont particulièrement adaptées. Le choix de la méthode permettra de jouer sur l'effet tunnel du projet, d'optimiser le planning ou de gérer au mieux les risques.
  2. L'engagement de moyens techniques, généralement associé aux projets de longue durée ou nécessitant un grand volume de développement, ou encore aux projets de maintenance applicative en phase de “run”. Les différents lots se définissent et s'enchaînent progressivement dans le temps. Dans ce cas, le périmètre global du projet et la charge de travail associée ne sont pas toujours définis dès le départ.
  3. L'engagement de valeur, souvent associé aux projets agiles, qui vise à maximiser la réactivité et à obtenir des résultats étroitement alignés sur les besoins réels. Cela se fait par le biais de livraisons régulières apportant une valeur ajoutée tangible. Le tout en permettant d'effectuer des ajustements en fonction des changements de contexte, des nouvelles priorités ou des retours d'expérience.

Élément clé numéro 4 : le choix de la méthode dépend aussi des engagements contractuels recherchés. Ils peuvent être des engagements de résultats, de moyens techniques ou de valeur.

Une question de partage des responsabilités ?

Face aux engagements, la question des responsabilités se pose. Et en particulier en cas de difficultés ou de dérapages du projet. Dans l'idéal, il faut rechercher un équilibre dans la répartition des responsabilités. Ceci afin d'éviter d'introduire un biais de protection excessif de part et d'autre. Cela pourrait compromettre les chances de réussite du projet face aux risques encourus par l’une ou l’autre des parties.

Afin d’arriver à une prise de décision éclairée concernant la répartition des responsabilités entre le prestataire et vous, il est nécessaire de distinguer deux types de risques.

Les risques spécifiques au contexte du projet

Ils doivent être identifiés et pris en compte de manière proactive, indépendamment de la méthode de pilotage choisie. Il vous incombe de les anticiper et d'élaborer un plan d'action approprié. Ces risques peuvent prendre différentes formes et être nombreux. Par exemple : la maturité du projet, une expression imprécise des besoins, une disponibilité insuffisante des utilisateurs clés, les réactions au changement, l'absence de promoteur, le contexte politique interne, les contraintes budgétaires, etc.

Les risques liés aux engagements souhaités et à la contractualisation envisagée avec le prestataire

Ils sont, quant à eux, inhérents à la nécessité d'établir un équilibre des responsabilités. Ces risques se manifestent principalement par :

Projet au forfait : 

  • Le périmètre fonctionnel prédéfini et contraignant.
  • La rigidité du contrat pouvant déboucher sur une gestion conflictuelle du changement.
  • La recette globale en fin de projet comme unique clé de validation.

Régie ou assistance technique et fonctionnelle / projet basé sur un engagement de moyens :

  • Des imprécisions dans l'expression des besoins.
  • L’évaluation approximative de la charge nécessaire.
  • L’évolution du périmètre en cours de cycle.
  • Des difficultés au moment de la validation des livrables.

Méthodologies agiles / projet basé sur un engagement de valeur  : 

  • L’incompréhension de la méthode par l'équipe.
  • La méconnaissance du vocabulaire utilisé.
  • L’adhésion des parties à la co-responsabilité du livrable.
  • Un manque de collaboration ou un P.O. défaillant.
  • Des difficultés de mesure de la valeur délivrée.
  • ...

Il faudra prendre en considération ces aspects lors de la décision concernant la méthode, les rôles et les responsabilités de chaque partie impliquée.

Élément clé numéro 5 : La question du partage des responsabilités se pose lorsqu'il s'agit d'engagements. Afin d'éviter tout déséquilibre, il faudra distinguer les risques spécifiques au contexte du projet des risques liés aux engagements envisagés avec le prestataire.

Pour conclure

En lisant cet article, vous comprendrez qu'il n'y a pas de recette miracle pour garantir le succès de votre projet. En général, plusieurs méthodes peuvent convenir et vous permettre d'atteindre les résultats souhaités. Pour autant, vous devez vous assurer de ne pas prendre de mauvaises décisions. Évitez de baser votre réflexion sur des critères erronés tels que les tendances du moment ou des croyances dogmatiques envers certaines méthodologies.

Au final, le choix de la méthode doit se faire en fonction de votre contexte spécifique et de vos exigences. Il doit prendre en compte tous les éléments que nous avons abordés précédemment. Mais il doit également considérer la qualité de la relation et le niveau de confiance que vous avez avec le prestataire qui vous accompagne.

C’est la raison pour laquelle, chez Synolia, nous adoptons une approche non dogmatique en matière de pilotage projet. Nous nous engageons à accompagner nos clients de manière optimale, en prenant en compte leurs attentes spécifiques. Nous croyons fermement que la méthode de gestion de projet appropriée est celle qui convient à toutes les parties prenantes. Le tout en favorisant une relation engagée, équilibrée et transparente de part et d'autre.

 

Je prends contact !

Twitter LinkedIn Facebook Courriel
Découvrez également...