erreurs mise en place PIM
PIM

Les 6 erreurs les plus fréquentes dans la mise en place d’un PIM !

Par Adeline le 9 septembre 2021

La mise en place d’un PIM constitue une excellente initiative ! Sans aucun doute, un tel projet apporte de nombreux bénéfices aux marchands qui misent dessus : amélioration et accélération des ventes, réduction du taux de retour, augmentation du panier moyen, productivité des équipes… Néanmoins, ce n’est pas chose aisée que de se lancer dans cette aventure.

Effectivement, un projet PIM comporte de nombreux paramètres et impose une véritable conduite du changement et une préparation rigoureuse, sans lesquelles de nombreuses erreurs risquent d’être commises. En voici quelques-unes parmi les plus fréquentes :

1. Négliger la structuration et la modélisation des produits

De quoi s’agit-il ?

Lors de la mise en place d’un PIM, la structuration des données est une étape cruciale. En effet, au tout début d’un projet, les équipes effectuent un travail important de mise en forme et de modélisation des produits. Concrètement, il s’agit tout d’abord de sélectionner les informations, les caractéristiques et les spécificités à renseigner pour chaque produit ; puis de les intégrer, de vérifier qu’elles sont complètes et correctes, de choisir comment le produit va être présenté, de mettre en forme la fiche et de s’assurer que les produits de même typologie sont structurés de la même manière.

Quels risques en cas de négligence ?

Cette phase est absolument cruciale car c’est là que la structure et la qualité des données produits sont déterminées. Si cette phase n’est pas correctement ou entièrement réalisée, le reste du projet est fortement compromis. Cette data constitue la base de tout projet PIM sur laquelle les équipes vont s’appuyer au quotidien. Si elle n’est pas solidement bâtie, le PIM ne sera pas utilisé au maximum de ses capacités et ne délivrera pas toute la valeur ajoutée souhaitée. Pire encore, sans une base solide, des erreurs peuvent survenir et compromettre le travail lié aux informations produits. Ainsi, cette étape de structuration et de modélisation ne doit pas être négligée malgré qu’elle soit souvent la plus complexe et fastidieuse.

 Une étape trop souvent ignorée

Aujourd’hui, la plupart des e-commerçants comprennent l’importance de cette étape et sont prêts à y investir du temps et des ressources au début d’un projet. Pourtant, beaucoup finissent par l’abandonner ou la raccourcir pour accélérer la mise en place de leur PIM. Dans ce contexte, ils préfèrent faire des sacrifices pour aller plus vite. En refusant de prendre le temps nécessaire pour mener à bien cette étape, ces entreprises se privent ainsi des avantages du PIM. Elles compromettent également leur expérience produit qui, au final, n’est pas améliorée comme elles le souhaitaient au départ.

Un gain de temps à long terme

Il est absolument nécessaire d’être patient sur cette phase du projet afin d’en garantir le succès. D’autant plus que, même si elle prend du temps au début, elle permet d’en gagner beaucoup plus ensuite. En effet, avec des informations produits structurées, complètes et de qualité, les équipes passeront ensuite moins de temps à les vérifier et à les diffuser et seront plus productives lors des prochaines intégrations.

2. Baisser l’exigence du niveau de complétude des données

Produits incomplets, expérience de mauvaise qualité

Dans le même esprit que l’erreur précédente, la complétude des informations produits est souvent négligée, à tort. Avant la mise en place d’un PIM, les équipes définissent un ensemble de caractéristiques produits vitales, sans lesquelles les fiches sont considérées comme incomplètes. Certains produits n’ont pas besoin de beaucoup d’informations pour être complets alors que d’autres, souvent techniques, nécessitent un grand nombre de données pour être compris par les clients. En effet, si ces données manquent à l’appel, les cibles ne cerneront pas correctement le produit ni son utilisation. Un gros manque à gagner en terme d’expérience client !

Investir aujourd’hui pour mieux gérer demain

Ainsi, en début de projet, certains e-commerçants sont tentés de passer rapidement à la suite en négligeant cette étape. C’est pourtant une mauvaise idée ! Il vaut mieux y consacrer plus du temps au début du projet plutôt qu’assumer après les conséquences d’un tel choix. Les équipes passeraient plus de temps en aval pour rectifier le tir. Choisir un niveau d’exigence de complétude des informations relativement haut dès le début du projet et le maintenir tout le long est primordial pour garantir l’utilisation pertinente du PIM et éviter qu’il se transforme en simple outil de stockage !

3. Accorder l’accès de toutes les fonctionnalités à tous les utilisateurs

Une fausse bonne idée

Lors de la mise en œuvre d’un PIM, il est tentant d’ouvrir l’accès de toutes les fonctionnalités de l’outil à tous les collaborateurs qui interviennent sur les informations produits. De cette façon, les entreprises ont l’impression de faciliter le travail de leurs équipes en les faisant bénéficier de l’ensemble des possibilités du PIM. C’est également plus simple que de passer du temps à la gestion des droits et des accès. Néanmoins, cette idée est trompeuse.

A chacun sa fonction et ses fonctionnalités

Car, au final, les utilisateurs accèdent à trop d’options et finissent par se perdre. Effectivement, aucun ne prend en charge à lui seul toute la gestion des informations produits. Chaque collaborateur possède sa propre mission et sa propre expertise. Il a donc besoin d’accéder uniquement à ce qui le concerne. Et ce, sans être perturbé et surchargé par des fonctionnalités dont il ne se servira jamais.

En affinant dès le départ les accès dans le PIM, une entreprise permet à chaque équipe de disposer uniquement de son périmètre, lui évitant ainsi de perdre du temps à naviguer à vue parmi des pans du catalogue ou fonctionnalités qui ne le concernent pas. Ce qui favorise une expérience utilisateur plus pertinente et plus sereine !

4. Mettre en place son PIM au mauvais moment

Un PIM mais pas que !

Un PIM, oui, mais pas n’importe quand ! La mise en place d’un tel outil découle souvent d’une réflexion technique et métier globale dans laquelle d’autres applications sont impliquées. Une volonté qui s’inscrit également dans une démarche de modernisation du Système d’Information. Ainsi, la plupart du temps, si un nouveau PIM est mis en place, d’autres projets voient également le jour en parallèle. La question est alors de savoir dans quel ordre organiser cette multitude de projets, surtout s’il s’agit de la mise en œuvre de plusieurs outils.

Tout mettre en ordre

Par exemple, la logique veut que l’ERP soit mis en place avant le reste, puis le PIM car il y sera relié, et enfin, le CMS pour achever la boucle du cycle de vie des produits. Évidemment, le schéma autour du PIM peut varier mais il est extrêmement important de faire attention à la place de son intégration dans le reste de l’écosystème. Sans quoi, le projet ne sera pas optimal et risque de prendre plus de temps que prévu.

Choisir le bon timing

D’autre part, si le PIM est installé en même temps que d’autres outils, une entreprise doit absolument choisir le bon timing pour qu’il ne soit pas mis en œuvre trop tôt. Sinon, il risque de se retrouver au milieu d’applications obsolètes avec lesquelles il peine à communiquer. Et le temps que les autres outils soient intégrés, il faudra réaliser des développements spécifiques et temporaires pour faire travailler les composantes de l’écosystème ensemble ou bien le PIM ne sera pas exploité au maximum de ses capacités. Un temps qui pourrait être évité si, dès le départ, il est bien placé dans la road map.

5. Attribuer un rôle différent au PIM que le sien

Une seule et unique mission

Le PIM possède un rôle bien précis : centraliser, structurer, enrichir et diffuser les informations produits. En dehors de cette mission, il ne doit répondre à aucun autre objectif. Néanmoins, encore trop d’entreprises comptent sur lui pour remplir des tâches qui ne sont pas les siennes. Par exemple, certaines sociétés attendent de lui qu’il aille plus loin et qu’il stocke d’autres données que les informations produits dites marketing ou bien qu’il propose des services en dehors de son périmètre comme la gestion des stocks ou les retouches photos. A l’opposé, certaines entreprises n’exploitent pas le PIM à sa juste valeur et le cantonnent à un outil de stockage, ni plus ni moins. Le PIM se transforme alors en une simple base de données.

Structurer la mise en place du PIM

D’un côté comme de l’autre, cette exploitation du PIM n’est pas optimale et provoque soit la frustration des équipes soit la perte de revenus. C’est pourquoi avant de mettre en place un tel outil, une entreprise doit définir des objectifs précis en phase avec la mission initiale du PIM. Enfin, un PIM doit absolument être mis en place au sein d’un écosystème et relié à d’autres applications. En effet, il ne peut exister seul puisque son objectif principal est de diffuser des informations dans d’autres outils (CMS, logistique, studio print, catalogue, tablette vendeur…).

6. Sous-estimer l’importance des équipes concernées par le PIM

Des équipes en phase

Pas de projet PIM sans des équipes investies ! En effet, comme pour de nombreux projets, intégrer les collaborateurs qui vont utiliser l’outil, intervenir sur les données produits ou les utiliser pour diffusion est essentiel. Elles doivent être impliquées dès le début du projet, de la réflexion fonctionnelle à l’adoption de la solution. Tous doivent être en phase avec les objectifs, les choix stratégiques, les fonctionnalités et tous les éléments liés au projet. Ainsi, ils adopteront et utiliseront le PIM bien plus facilement.

Des équipes disponibles

Par ailleurs, afin qu’un projet PIM soit un succès, il faut tenir compte de la disponibilité des équipes. Car vouloir les intégrer est une excellente chose mais si elles ne disposent pas du temps nécessaire, le projet risque d’être long ou même compromis. Et, en raison de la saisonnalité liée à l’e-commerce ou du print, certaines périodes de l’année ne sont pas propices à la mise en place d’un PIM. Il faut ainsi bien réfléchir avant de se lancer !

Ne faites plus ces erreurs !

Ainsi, un projet PIM s’avère une aventure absolument passionnante quoique complexe. Et elle se révèle d’autant plus difficile si le projet n’est pas correctement cadré et si les équipes qui manipulent la donnée produit ne sont pas impliquées. En dressant une liste non exhaustive des erreurs fréquemment commises, il est plus facile pour les entreprises d’anticiper avant de se lancer. Quand bien même, un tel projet engendrera forcément des imprévus et potentiellement quelques difficultés. Mais tout sera rapidement résolu si le marchand est bien accompagné et s’il a bien pris en considération tous les tenants et les aboutissants de la mise en place d’un PIM !

 


 

Découvrez comment Lise Charmel centralise

et optimise la gestion de ses produits avec Akeneo

Je lis le cas client


 

LinkedIn Google+ Email
Découvrez également...